Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : Spécial 90ème anniversaire : les promesses de vente

 

 

 

 

 

 

 

"Une promesse c'est une dette"

Proverbe guadeloupéen

 

 

 

 

http://images-02.delcampe-static.net/img_large/auction/000/201/968/917_001.jpg

Brest, rue de Siam.

 

 

 

Je n'ai pas l'intention de découvrir si ces promesses de vente étaient vraies ou fausses. Suffisamment d'experts - officiels et officieux - se sont penchés sur ce sujet. Et nous en sommes toujours au même point. Je souhaite juste revenir sur la chronologie de leur apparition dans notre pièce de théâtre...

 

Voilà la première série des promesses - selon les dires de Guillaume Seznec - qui apparaissent le mardi 22 mai. Lire sur ce blog :

Affaire Seznec : Spécial 90ème anniversaire : mardi 22 mai 1923

 

Elles apparaissent. Et les dollars disparaissent. Nous sommes dans un spectacle de pure magie.

 

La scène de l'échange d'or se déroule à une terrasse de café rue de Siam. La rue idéale à Brest pour faire les choses discrètement....

 

Après (cf Bernez Rouz en page 65) Guillaume s'emmêlera les pinceaux (et nous en verrons de toutes les couleurs) pour dire, dans une seconde version des faits, "que c'est dans la Panhard entre Brest et Lesneven qu'il remit les dollars à Quéméneur."

 

Revenons à la naissance de nos promesses de vente : "Cette promesse de vente a été rédigée en deux exemplaires sur timbre et nous l'avons signée. Je possède une des expéditions."

 

Deux exemplaires et que de tracas !

 

On aurait pu penser que Guillaume, tout heureux de l'achat de la propriété de Traou-Nez en Plourivo, en fasse immédiatement part à son épouse Marie-Jeanne dès sa rentrée chez lui le 22 mai au soir. Mais là : que dalle ! Pas un mot non plus à Jenny Quéméner, le 4 juin, quand elle vient à la scierie de Morlaix chercher des nouvelles de son frère.

 

On va devoir attendre la seconde scène du Havre, celle du 20 juin, pour entendre à nouveau parler de la promesse. Dont un exemplaire se trouve dans la valise laissée dans la gare. Lire sur ce blog :

Affaire Seznec : Spécial 90ème anniversaire : mercredi 20 juin 1923

 

Et puis, le 28 juin, alors que Guilaume est convoqué à La Sûreté, rue des Saussaies, il va miraculeusement sortir de sa poche le deuxième exemplaire de la dite promesse pour le remettre au commissaire Vidal. C'est connu, vous comme moi, quand on vend ou achète une maison, on se balade toujours avec la promesse de vente en poche, isn't it ?

 

Ce qui m'intrigue au plus haut point c'est bien la journée du 13 juin. Et si c'était justement cette journée-là qui avait vu la naissance de la seconde série des promesses ??? Ou plutôt entre le 13 et le 20 juin. Avec la machine à écrire que le fils Jacob remarque sur le dos de Guillaume à son retour à Plouaret au petit matin du 14 juin. Non, dites-moi que j'ai de la fièvre... Ou que je rêve...

 

http://denis-langlois.fr/local/cache-vignettes/L336xH448/Promesse_de_vente_001-48508.jpg

Fausse promesse de vente de Plourivo.

Exemplaire remis au commissaire Vidal par Seznec.


 

 

http://denis-langlois.fr/local/cache-vignettes/L327xH448/Promesse_de_vente_B_4-c4bf9.jpg

Fausse promesse de vente de Plourivo.

Exemplaire découvert dans la valise du Havre.

 

 

 

 

En tout cas, ce que je viens de découvrir, grâce à la mise sur Internet des archives de Me Denis Langlois, c'est que Guillaume Seznec, lors de son procès, n'a jamais fait demander de contre-expertise des promesses de vente :

 

"Dans la valise de Quémeneur abandonnée dans la salle d’attente de la gare du Havre, la police découvre notamment une promesse de vente sur papier timbré en date du 22 mai 1923 par laquelle Quémeneur s’engage à céder à Seznec pour la somme de 35.000 francs une propriété qu’il possède à Plourivo (Côtes-du-Nord). Seznec, interrogé par la police, confirme cette promesse de vente et en présente un second exemplaire. Devant le prix particulièrement faible, il affirme qu’il a versé un dessous-de-table en dollars équivalant à 65.000 francs. Ces deux promesses de vente eurent une importance primordiale dans l’affaire. Elles furent considérées par les experts comme des faux et certaines mentions manuscrites dont sa signature furent attribuées à Seznec. Celui-ci soutint toujours qu’il s’agissait d’actes authentiques et ne demanda pas officiellement de contre-expertise."

 

 

Et Me Langlois d'ajouter :

 

"Jean Favard (ndlr Conseiller-rapporteur de la Commission de Révision en 1996) rapporte que, lors du délibéré de 1996, il proposa à ses collègues de la Commission de dire que "après avoir constaté que Seznec n’était pas innocent des faux et qu’il avait caché la mort de Quémeneur, il n’était pas inenvisageable qu’il ait pu ne pas être un meurtrier" (page 91)."

 

 

Guillaume Seznec n'est peut-être pas innocent des faux. Mais la question pour un champion reste : les a-t-il composés de son plein gré ou lui a-t-on tenu la main ?

 

 

Liliane Langellier

 

P.S. Relire quelles passions ont déchaîné ces promesses de vente ici : Affaire Seznec : Guillaume Seznec faussaire ?

 

P.S.2 Concernant le parcours retour de Guillaume à Plouaret, on me glisse dans l'oreillette gauche :
"Partir de Saint-Brieuc pour Brest avec des pièces de rechange pour réparer un véhicule à Plouaret, on peut le voir dans un film, mais pas dans la vraie vie (200 km en train et 35/40 km en vélo soit une journée de 8 h....)"

 

 

 

  http://d3j5vwomefv46c.cloudfront.net/photos/large/779767985.jpg?1370780647

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alain HEMON 27/09/2013 21:41


Merci pour vos recherches, votre blog est très intéressant.


Comment expliquer que Seznec soit en possession de son exemplaire de l'acte de vente si cet acte a été "fabriqué" plus tard sur la machine achetée au Havre?


Merci


Cordialement

la.piste.de.lormaye.over-blog.com 28/09/2013 05:41



C'est là toute la question "des faux". Je ne sais pas qui les a faits. Quant aux versions officielles ou officieuses, je me méfie de tout. Mais il est certain, comme vous l'avez lu sur cet
article, qu'il y a eu deux séries de promesses de vente. L'une certainement signée à Brest le 22 mai, et l'autre "arrangée" après la mort de Pierre Quemeneur.


Qui a dactylographié et rédigé la seconde, personne n'est en mesure de le dire aujourd'hui. Avec certitude. Parce que des hypothèses, on en ramasse à la pelle, comme les feuilles d'automne.


L'exemplaire A a été remis à la police par Seznec. L'exemplaire B a été retrouvé dans la valise de Quemeneur.



Julien 25/06/2013 14:50


J'y ai pensé, mais comme Me Langlois écrit dans son communiqué : "Soumis au secret professionnel, (...) je ne peux pas dévoiler ce qui s'est réellement passé", je doute qu'il réponde et brise son
serment professionnel. La réponse appartient à la famille Seznec, pour "qu'elle révèle enfin la vérité qu'elle connaît depuis le début". Quelle est cette vérité, mystère.

Julien 24/06/2013 11:14


Merci pour le lien vers le site de Denis Langlois.


Le communiqué de presse qu'il a publié au moment de la dernière révision évoque un secret détenu par la famille Seznec. Quel peut être ce secret ?

la.piste.de.lormaye.over-blog.com 25/06/2013 08:38



Je ne me permettrais pas de répondre en lieu et place de Me Denis Langlois. Mais sur son site, il y a une possibilité de "contact", lui poser directement la question serait des plus sages....



seznek 18/06/2013 10:29


en rapport (peut-être) avec le sujet, une question complémentaire pour la science : les Brestois demeurant vers le bas de la rue de Siam sont-ils dans un environnement propice aux pertes de
mémoire ?


quand on voit Vérant se réveiller le matin de 5 novembre en se rappelant qu'il avait rencontré Seznec à Brest le 22 mai.... et ce dernier de confirmer la rencontre et... l'oubli, on se dit qu'il
y a des secteurs de Brest à éviter.


même cause, même effet, pour la petite main qui a frappé les promesses de vente ?

la.piste.de.lormaye.over-blog.com 19/06/2013 11:56



En page 92 de "Nous, les Seznec" édition 2006, on peut lire : "Lors de l'enquête, puis de l'instruction, policiers et magistrats ne se soucieront aucunement de rechercher la personne qui a
effectué les travaux dactylographiques. Ce sera aux journalistes et aux partisans de Seznec, plus tard, trop tard, de s'en charger. Des noms seront cités, celui de Mlle ou Mme Privert ou Prisert
et celui d'Anne-Marie Lanuselle. En 1979, lors d'une série d'émissions organisée par Europe 1 sur l'Affaire, on citera ces noms en faisant appel aux auditeurs, mais cette piste n'aboutira pas."


Parce que l'on pense "la petite main" assez sotte pour aller s'attirer des ennuis dans une telle histoire ?



seznek 10/06/2013 11:00


La (ou les) promesse(s) de vente, voilà un sujet sur lequel tout le monde est d'accord : y'a un loup. Probable qu'on soit dans le cas d'un piège à deux coups, ou pour être plus clair, d'une
double tentative d'escroquerie - avec comme piètre résultat un cadavre et un déporté au bagne. Nos deux lascars ont-ils été un peu présomptueux, trop gourmands ? Possible, le peu d'épaisseur de
leur larfeuille respectif pouvait leur faire perdre le sens des réalités - tout le monde le sait, un pigeon en difficulté est une proie facile...

la.piste.de.lormaye.over-blog.com 17/06/2013 10:32



Fiat Lux ! Il y aurait donc eu QUATRE promesses de vente. Les deux premières datées et bien signées le 22 mai. Et celles que nous pouvons voir en reproduction au milieu de cet article. Qui sont
fausses. Et dont nous ne connaissons officiellement ni l'auteur ni la date ;)


La question pour un champion  : mais qu'est-ce qu'il y avait donc dans la première série ???