Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : Spécial 90ème anniversaire : Le crime de la Grande-Palud

 

 

 

 

 

 

 

"On a consience avant, on prend conscience après."

Oscar Wilde

 

 

 

 

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5462949k/f3.highres

 

 

 

 

Dix ans avant l'affaire Seznec. Se joue un autre genre de pièce de théâtre. Moins de personnages. Une intrigue différente. Au moins aussi complexe. Mais surtout d'étranges recoupements avec l'affaire qui nous préoccupe.

 

Je l'avais lu chez Bernez Rouz. Sans y prêter beaucoup d'attention. Je dois le reconnaître. Reprenons son chapitre (pages 131/132) :

 

 

L'ombre du crime de la Grande-Palud

 

"Lors des visites domiciliaires à la villa "Kerabri" (ndlr Villa de Pierre Quéméneur à Landerneau), on découvre peu de choses : 17 cahiers contenant des doubles de correspondances, 4 lettres relatives à la vente de la propriété de Plourivo, une profession de foi et une photographie d'un sieur Valoris, une série de cartes postales concernant une affaire judiciaire célèbre à Landerneau, le crime de la Grande-Palud. Pierre Quéméneur gardait 42 cartes postales sur cette affaire embrouillée, sans qu'on sache pourquoi. Aucune question n'a jamais été posée sur cette affaire ténébreuse qui touchait le milieu des notables landernéens.

Le 29 décembre 1913, Louis Cadiou, le directeur de la poudrerie de la Grande-Palud située route de Brest à Landerneau, disparaît. Son corps n'est retrouvé que le 5 février sur l'indication d'un médium de Nancy. Il a été enterré dans un bois après avoir été tué par balles. Le suspect n°1 n'est autre que l'ingénieur en chef de l'usine Louis-Désiré Pierre, en poste depuis 1909. L'usine qui appartenait aux Allemands avait fourni de la poudre de mauvaise qualité aux artilleurs français. Dans le cadre de la tension franco-allemande, on a pensé à une affaire d'espionnage, et de sabotage, mais les politiciens et notables locaux faisaient aussi l'objet de toutes les rumeurs. Une série de cartes postales satiriques fut éditée à cette occasion, brocardant les notables de Landerneau, la police et surtout la justice. L'ingénieur Pierre fut jugé aux assises de Quimper en 1919, il fut acquitté. Le crime de la Grande-Palud reste mystérieux encore à ce jour. On ne connaît toujours pas le nom de l'assassin de Louis Cadiou.

Le 26 juin 1923, quand L'Ouest-Eclair parle pour la première fois de "la troublante disparition de M. Quéméneur", le journaliste local rapporte "Dans le pays où l'on n'a pas oublié le mystère de la Grande-Palud, on répète : c'est une seconde affaire Cadiou". Dans La Résistance on note également qu' "il ne manquait pas de gens mettant en doute le flair de la police et se demandant si l'on retournait à une nouvelle affaire Cadiou quant aux résultats".

Le 14 février 1924, le procureur de la République de Brest écrit à son supérieur de Rennes pour s'expliquer sur une révélation du commissaire de police de Landerneau qui avait auditionné un des témoins de survie, M. Danguy des Déserts. Le procureur affirme n'avoir aucun souvenir des déclarations du policier qui n'avait pas été convié à la perquisition chez Pierre Quéméneur, le 6 juillet 1923. Le procureur explique pourquoi il a tenu la police locale à l'écart de la visite domiciliaire : "C'est intentionnellement que je n'avais pas cru devoir recourir aux offices de M. Pinault pour faire la perquisition. Je ne voulais pas m'exposer aux ennuis que m'avaient créés son prédécesseur dans l'affaire de la Grande-Palud : cet officier de police judiciaire avait pénétré sans autorisation dans la chambre de M. Cadiou après une de nos perquisitions, et avait laissé ouvert sur le bureau de l'industriel un volume d'Alfred de Musset ouvert à un passage relatif au suicide. Je n'avais du reste nul besoin du concours de M. Pinault". Ce passage en dit long sur la considération du procureur pour la police suite à l'affaire qui avait tourné les enquêteurs en ridicule.

Aucune investigation n'a été diligentée de ce côté. Pierre Quéméneur qui connaissait bien les protagonistes de cette ténébreuse affaire, aurait pu se faire des ennemis à l'époque lors de cette enquête encore fraîche dans les mémoires. On ne s'explique pas la présence de ce paquet de cartes postales dans son  bureau. Peut-être était-il concerné de près par l'affaire qui touchait le milieu des notables landernéens."

 

 

Je suis très étonnée, car s'il a le mérite de nous avoir parlé le premier de l'affaire Cadiou, Bernez Rouz ne pipe pas mot de l'ami Julien Le Grand. Le grand pote de Quéméneur. L'ancien maire de Landerneau. Et pourtant le Julien il fut bien directeur de la poudrerie puisque les Allemands ne pouvaient pas occuper un tel poste en France.

 

Ce sont les blogueurs de "L'Affaire Seznec revisitée" qui ont attiré mon attention sur cette affaire.

 

Je vous recommande vivement, pendant ces chaleurs estivales, de rester au frais pour lire Arthur Bernède (1931)  : à peine une quarantaine de pages, dont vous trouverez le lien ici : link

 

 

Les points communs en bref.... 

 

- Unité de lieux pour les deux affaires qui se déroulent à Landerneau et à Morlaix.

- Trafics avec des puissances étrangères (Allemands, Américains, Soviétiques ?)

- La Sûreté Générale de la rue des Saussaies : immédiatement alertée dans l'affaire Cadiou par le député de Morlaix Emile Cloarec (lire son CV. ici : link )

- Plusieurs personnages communs aux deux affaires :

Le procureur de la République : Guillemard,

L'avocat de l'inculpé Louis Pierre : Me Feuillat

 

Et bien entendu notre ami Julien Le Grand. Quelques extraits ci-dessous :

 

en page 7  "(...) Que Louis Pierre fut engagé par contrat à l'usine de Daoulas par M. Legrand"

 

en page 8 : "M. Legrand avait repris certains papiers qui auraient pu être fort utiles à la justice"

 

et en page 8 : "Pendant que s'accomplissaient toutes ces formalités, la police perquisitionnait de nouveau à l'appartement de M. Cadiou, puis au domicile de M. Legrand, ancien maire de Landerneau, fondateur de l'usine de la Grand'Palud."

 

en page 22 : "Mon mari m'a dit, à plusieurs reprises, qu'il possédait contre M. Legrand des documents compromettants."

 

L'ingénieur Pierre : "Je considère M. Legrand comme un honnête homme. Sa Société fut en effet fondée avec l'aide d'industriels et d'ingénieurs allemands et le gouvernement ne l'ignorait pas."

 

Au procès : absence de Legrand. Dont une lettre est lue publiquement (idem au procès Seznec) :

"Le président donnait alors lecture de la déposition de M. Legrand qui, malade, n'avait pu venir à l'audience :

- Oui, déclarait le témoin, j'ai été le fondateur de la Grand' Palud ;j'avais pour commanditaires MM. Teimminget Falen-Marck de Manheim, mais envieux, ils m'ont obligé à vendre l'affaire"

 

en page 29 : "La première société de la Grand' Palud était occulte puisque j'étais seul en nom. Il est vrai que j'ai menacé M. Cadiou de faire entendre le caractère mi-allemand de la société."

 

En clair : Alors qu'il a Mme Cadiou contre lui, Le Grand est soutenu par l'ingénieur Pierre qu'il vient d'engager dans la nouvelle poudrerie de Daoulas. Fermer le ban.

 

 

 

Je me répète, mais c'est indispensable. Trouver le cadavre de Quéméneur certains peuvent voir là un jeu de piste amusant... Mais reconstituer sa vie, là c'est un sacré lego qui nécessite plus qu'un Q.I. de bernique. Et plus que des certitudes achetées en kit chez Ikea.

 

 

Liliane Langellier

 

P.S. Ne pas manquer de lire l'affaire Cadiou sur Geneanet.

 

 

 

http://media.notrefamille.com/cartes-postales-photos/cartes-postales-photos-Y-A-DU-RAFFUT-LANDERNEAU-29800-7653-20071021-k6h7d0j9w0l4u0e9g4s8.jpg-1-maxi.jpg

Carte postale satirique sur l'affaire Cadiou

 

 

P.S. Je viens de m'apercevoir que mon blog (comme les autres liens Internet) a été viré de "L'affaire Seznec" sur Wikipedia. Ce n'était pas moi qui m'étais permis de le répertorier là.

Lorsque j'ai posé question, voila la réponse very classy d'un parfait inconnu sous pseudo :

 

Bonjour,
La section Liens externes d'un article est faite pour contenir des liens vers des sites de qualité apportant un prolongement pour le lecteur et en aucun cas pour gonfler le trafic sur un blog. Vous pouvez consulter Wikipédia:Liens externes pour de plus amples informations. D'autre part, il n'y a prévenir personne en cas de retrait. Bonne continuation, cordialement, --Mattho69 me joindre 14 août 2013 à 15:50 (CEST)





http://www.culture-bretagne.net/wp-content/uploads/2012/08/joyeux-anniversaire-en-breton.jpg
18 août 2013 : ce blog vient d'avoir trois ans.
Je remercie tous ceux qui ont contribué aux 16.000 visites qu'il a reçues.
J'espère qu'il ont trouvé autant de plaisir à lire ses 150 articles.
Que j'en ai trouvé à les écrire...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article