Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : Pour la piste de Lormaye : That's all Folks !

 

 

 

 

 

 

"La difficulté n'est pas de découvrir la vérité, mais d'oser la dire."

Alfred Duquet

 

 

 

 

 

 

http://www.geenkgo.fr/mode-developpement-durable/wp-content/uploads//blog/images/taf.jpg

 

 

La piste de Lormaye a vécu de très beaux jours. Six mois avec Charles Huzo en 1928. Plus de vingt ans avec moi depuis le 7 octobre 1992.

 

Elle fait partie de ces "faits nouveaux" qu'il fallait trouver à tout prix pour tenter d'éviter le bagne à Guillaume Seznec. Continuer à parler de lui dans la presse pour qu'il ne tombe pas dans l'oubli. Ou tenter une réhabilitation : Guyoton, Gherdi, Lormaye, Traou Nez, etc...par une procédure de révision du jugement.

 

Je ne souhaite pas entretenir le mythe.

 

Cette piste est sortie toute armée du cerveau de Charles Huzo. Qui avait de grandes ressources d'imagination.

 

Je remercie tous ceux qui sont passés lire mon blog. Et j'ai une pensée affectueuse et particulière pour tous ceux qui m'ont aidée. A un moment ou à un autre.

 

Liliane Langellier

 

 

P.S. Scoop du 1er avril :

Maître Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, a décidé de mettre à la disposition des internautes une partie de ses archives.

Vous les trouverez ici : link

 

On peut y voir notamment ce petit papier (de la main de Claude Bal ?) concernant la piste de Lormaye :

 

http://denis-langlois.fr/local/cache-vignettes/L448xH306/Notes_Claude_Bal_concernant_Lormaye_001-378c5.jpg

 

En fait, c'est AVRILLON et non ARILLON. Avrillon possédait la petite épicerie de Lormaye. Il était un grand ami de Charles Doucet.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> Le secret de famille auquel vous faîtes allusion (point de friction entre la famille Seznec et Maître Langlois) ne date pas de 17 ans puisqu'il remonte aux premierx interrogatoirex de l'inculpé,<br /> de son épouse... Effectivement, il a été bien entretenu depuis lors et continue de l'être. Quant au qualificatif "accidentelle" de la disparition brutale de Pierre Quéméner, c'est une manière de<br /> laisser le champ libre à toutes les interprétations possibles. Par contre, supposons que Guillaume Seznec eut reconnu une responsablilté dans la confection des faux, aurait-il pour autant sauvé<br /> sa tête ? - probablement non, d'autant que si "accident" il y eut, rien ne dit que ce fut en sa présence.<br />
Répondre
L
<br /> <br /> J'ai, sous les yeux, copie de l'article de Jacques Marestet dans Le Parisien Libéré du 15.2.1954 (mort de Guillaume) : un paragraphe m'a toujours intriguée :<br /> <br /> <br /> "A la mienne, il avait abandonné sa main. Il avait autre chose à dire. Cette autre chose, cette vérité, ce secret dont nous disions récemment combien ceux qui tiennent le plus à son innocence<br /> souhaitaient de les voir monter jusqu'à ses lèvres."<br /> <br /> <br /> Si quelqu'un peut m'éclairer, je suis preneuse....<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> Maître Denis Langlois a libéré une partie de ses archives pour les internautes.<br /> <br /> <br /> On peut notamment y apprendre (partie V) que dès 1996, « il insiste auprès de cette famille [en l’occurrence : la famille Seznec]<br /> pour qu’elle révèle enfin la vérité qu’elle connaît depuis le début », laissant entendre que Guillaume Seznec «  n’a pas tué son ami Pierre Quéméneur dont la mort est en fait accidentelle ».<br /> <br /> <br /> Je suis ravi de l’apprendre.<br /> <br /> <br /> Dommage qu’il ait fallu (déjà) 17 ans pour en arriver à évoquer largement l’hypothèse d’un secret de famille soigneusement entretenu depuis plusieurs décennies ? Toujours cette loi du<br /> silence, mais on avance, on avance. A quand la suite ?<br /> <br /> <br /> Merci pour votre patience à disséquer la Piste de Lormaye.<br /> <br /> <br /> Youenn<br />
Répondre
G
<br /> Pour le brave Huzo c'est un enterrement de première classe ou je ne m'y connais pas. Nous retiendrons du 'cher oublié' sa loyauté qui l'a conduit jusqu'au lit de l’hôpital Beaujon le 14<br /> mai 1931, puis les lettres de soutien au veuf, déporté, jusqu'à ses derniers moments (à lui, l'homme de lettres, au fait, quand?).<br /> <br /> <br /> <br /> De sa piste, ses successeurs ne retiendront que l'appel téléphonique reçu ou donné au Plat d'Etain, d'ailleurs on se demande bien pourquoi puisque les défenseurs à venir promeuvent,<br /> malgré toute vraisemblance, un retour à Dreux pour sauter dans le dernier train. En quoi un contact téléphonique à Houdan, serait-t-il utile dans ce cas ? Certainement pour avoir plusieurs<br /> fers au feu ?...., passons.<br /> <br /> <br /> <br />   Huzo parait relativement sincère, a-t-il était lui-même convaincu ? Autant les campagnes de 1926 paraissaient orchestrées, probablement par Petitcolas (et contre orchestrées par<br /> d'autres), autant nous sentons une improvisation à l'été 1928 où des ragots prennent une importance démesurée. Sincère mais maladroit ; quelle drôle d'idée de situer l'action à quelques<br /> kilomètres du probable théâtre des événements dans une affaire où dès le début les protagonistes ont tout fait pour disperser les pièces du puzzle au quatre coins de l'hexagone (comme dit<br /> l'autre) : Paris, Le Havre, Brest, Plourivo ….etc..., et voilà ti pas que notre bien mal-inspiré ramène tout à quelques encablures du lieu du crime. A quoi ça sert que 'X'<br /> se décarcasse ?<br /> <br /> <br /> <br /> Seznec, pas tout à fait innocent, pas tout-à fait coupable, lampiste dans la disparition, piégé avec la confection des faux, menacé ensuite, lâché par ses hauts protecteurs, des petits essayeront<br /> d'arranger le coup avec plus ou moins de compétences et d'arrières pensées.... Oui la grâce était possible, raisonnablement, plus tôt, mais........<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
S
<br /> Merci tout d'abord pour l'ensemble de vos articles, ils contiennent des renseignements très instructifs sur l'affaire, surtout sur la duplicité instruction/défense jusqu'à la disparition de<br /> Guillaume Seznec - ensuite, les défenseurs et les auteurs successifs ont continué dans la même veine sans vraiment chercher à comprendre et en empilant les absurdités - il est vrai que le<br /> principal intéressé n'a guère contribué à la recherche de la vérité. Ma conviction est qu'il a bel et bien échappé à la peine capitale, mais qu'il n'est pas directement concerné par la<br /> disparition de Pierre Quéméner. Pas facile de suivre ? - j'en conviens, surtout si on s'en tient à ce qu'on peut lire depuis 1923.<br /> <br /> <br /> Huzo et Hervé ont tiré la couverture à eux, d'une certaine manière Bonny a pris la suite - mais il arrive un moment où le parement ne suffit plus à masquer la "misère"... et j'ai l'impression<br /> qu'on s'en approche.<br /> <br /> <br /> J'espère que votre attitude sur le cas Huzo éveillera le doute chez certains auteurs... il est permis de rêver.<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
D
<br /> J'espère que ce n'est que la fin d'un épisode, en attendant le prochain !<br />
Répondre
L
<br /> <br /> Merci de votre commentaire, Dominique. Les meilleures choses ont une fin. Et là, je ne vois pas comment aller plus loin.... Sauf scoop inattendu, bien entendu ;))<br /> <br /> <br /> <br />