Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : la piste de Lormaye : la parcelle 514

 

 

 

 

 

 

 

"Tout bonheur matériel repose sur des chiffres."

Honoré de Balzac

 

 

 

 

http://afrochild.files.wordpress.com/2010/11/archives-2.jpg?w=298&h=300

 

 

La parcelle 514. Et ce chiffre qui m'enfumait le cerveau : 5 1 4. De quoi se le jouer au tiercé.  Ou se le faire tatouer dans le dodu de l'épaule. Surtout quand on emprunte régulièrement la Nationale 154 pour aller à Chartres. Je ne raffole pas trop des tatouages. Et je ne joue jamais à aucuns jeux. Mais je sens qu'après ça,  je ne vais pas tarder à m'y mettre...

 

J'ai connu des recherches difficiles. Longues. Décourageantes. Mais là on a franchi le mur du son. Heureusement je n'étais pas seule. Et l'archiviste qui s'occupait de "mon cas" m'a donné un sérieux coup de main.Qui a du lui assurer un "burn out" pour les deux semaines à venir !

 

Pour toutes les autres parcelles, cela avait été du gâteau. Mais hier il avait justement fallu que j'oublie celle -là. Et je voulais, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer, je voulais aligner des faits exacts. Prouvables et prouvés. Je voulais montrer que moi aussi je pouvais "la ramener". Sur mon blog tout au moins.

 

Revenons à la parcelle 514. Et commençons par le commencement.

 

La parcelle 514, fut d'abord un pré. On lit sa présence pour la première fois sur les registres en 1834. Elle semblait appartenir à un certain Lesec Père.

 

Comme disent les Ricains : "I got the pictures to proove it" (j'ai les photos pour vous le prouver) :

 

DSCF0125.jpg

 



Une maison s'y trouve construite dès 1875.

 

C'est alors qu"en 1882, de la famille Lesec, la parcelle 514 passe à une dame Aimée Rivet, veuve de Léger Pierre, marchand de vaches à Lormaye. Si, si, je mets aussi la photo. Faut prouver :


 

DSCF0126.jpg

Sur cette page de la matrice cadastrale, la maison apparait en 1875 (7ème ligne)

 





Jean Quemin se l'achètera en 1920. Pour y vivre avec sa seconde épouse Rose Emilienne Boucher. Il n'en profite que treize petites années puisqu'il meurt en 1933. Mais il l'habite en 1923 et en 1928. Suivez mon regard...

 

 

 Ce sera sa fille Madeleine, Reine, Azarie, qui en héritera, comme prévu, sur le partage des biens de 1926 :

 

 

 

Madeleine Quemin héritage

 

 

 

La Madeleine qui vit comme une pauvresse mais qui a des louis d'or dans toutes les banques de France et de Navarre va louer cette ferme pour exploitation à Gaston et Solange Haincourt. Son fils, Claude, né en 1931, en a encore des souvenirs plein son âme d'enfant de "la ferme Haincourt".

 

Jusqu'au 8 janvier 1980. Date à laquelle les époux Laget (Colette et Jacques) vont l'acquérir pour en faire le siège social de leur superbe Librairie des Arts et Métiers. Dont les catalogues étaient envoyés dans le monde entier. Ce qui, pour honorer les commandes,  leur demandait un espace de stockage important.

 

 

Voilà donc le plan. Voilà donc l'objet de mon obsession :

 

 

 

 

PLAN-CADASTRAL-2.jpg

 

Extrait du plan cadastral de février 1835

Réalisé par le géomètre Lesage

 

 

 

 

J'aurais pu vous dire beaucoup plus trivialement:

- "Ben c'est l'ancienne ferme juste en face du garage Bourinet à Lormaye"

- "Paraît que ça s'est passé ici dans la ferme Haincourt"

- "Cétait là qu'étaient les cochons, chez Quemin Père..."

 

Mais ça, c'est tout sauf de la généalogie foncière !!!

 

Liliane Langellier

 

 

http://www.autologie.fr/_assets/AAA/2BE/UUR/SDY/09566816_PVI_0001_HOME.jpg

L'ancien garage Bourinet

 

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article