Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : Et, au fait, il est devenu quoi Pierre Quemeneur ?

                                                         "Partir, c'est mourir un peu."

Edmond Haraucourt

 

 

A voir comment je me suis emmêlée les pinceaux (remarquez, je n'étais pas la seule...) sur la piste canadienne, je me suis dit, dès potron-minet, qu'un petit récapitulatif des différentes pistes sur la disparition de notre ami Pierre Quemeneur ne serait pas un luxe.

 

A. Si Pierre Quemeneur a survécu après la nuit du 25 mai 1923

 

 Pour la piste américaine et la piste canadienne, et dans les deux cas, nous avons un Pierre Quemeneur grand bootlegger devant l'Eternel !

 

Lire l'article juste avant celui-ci (surtout les commentaires) : Affaire Seznec : Presse Océan, c'est pas choukrane...

 

1. La piste américaine s'écroule donc d'elle-même à la lecture de la page 184 de Bernez Rouz. Et au vu de la critique impertinente de la page 591 de "Nous, les Seznec" (cf Henriette Muller) par les historiens de "L'affaire Seznec revisitée".

 

http://graphics8.nytimes.com/images/section/learning/general/onthisday/big/1205_big.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin de la Prohibition. 5 décembre 1933

 

2. La piste canadienne sur laquelle on peut lire, dans la dernière circulaire de France-Justice, en bas de la reproduction de la une de Presse Océan du 26 mai dernier : "Cela parait sérieux car un spécialiste de la prohibition est venu, en début d'année, à Paris, rencontrer DS afin de mieux aiguiller les recherches de la police montée canadienne." Oui mais encore, on aurait aimé en savoir plus.

 

Un spécialiste français ? américain ? canadien ? qui débarque comme ça parce qu'il a vu de la lumière ??? Et la police montée qui va faire une descente (oui, elle était facille celle-là). Parce qu'au Canada, ils sont tous sur les dents pour retrouver Quemeneur ???

 

En tout cas, à Sutton, au Québec, il y a eu une remarquable exposition sur la Prohibition.

 

Prohibition qui a inspiré de nombreux auteurs. Et de grands auteurs.

 

 

Gagnon est juste au-dessus du B de Québec

 

 

Mais revenons à notre délire car la piste canadienne a donné lieu à certaines suppositions qui dépassent l'entendement (en tout cas, le mien !) En fait, il y a trois versions : celle de Denis Seznec (Annick Galard dans le train pour Grenoble), celle du prof d'Histoire breton qui commence aussi dans le train mais qui finit en montagne (Moncton, les bootleggers, puis le retour de P.Q. près de Grenoble en 1933) et celle de Catherine Clausse (la belle esclave amérindienne rencontrée par Pierrot sur un quai de Brest, épousée bien avant mai 1923 et dont il aurait eu deux à trois enfants).

 

 

A. "la canadienne" rencontrée par Annick Galard, dans un train en 1998, est originaire de Gagnon. Pour coller au feuilleton, elle serait née là-bas en 1923/1924... Sauf que... Gagnon est une ville minière créée de toutes pièces en 1960 et rasée en 1985. Si c'est "les environs de Gagnon", on est, comme d'hab", dans le flou artistique le plus complet. A moins que l'on ne soit carrément dans l'île de Gagnon (cf Céline Dion).

Cette canadienne aurait eu un papa du nom de Quemeneur. Elle n'est pas la seule dans la région. Et je rappelle ici que le nom de famille de Pierre s'orthographiait Quéméner pour l'état-civil.

 

B. Débute comme A. Mais se termine bizarement : "En 1933, Pierre Quemeneur rentre en France (sous un faux nom), blindé aux as. Et va s'établir - après avoir marié l'une de ses filles à un homme qui fera carrière d'abord dans le pastaga puis en politique - dans un petit village près de Grenoble qui s'appelle... Saint Sauveur !"

 

C. Quant à la belle esclave amérindienne de la tribu des Kitasoo/Xai'xais ...

 

 

Voilà. Le film est terminé. Vous pouvez rallumer les lumières.

 

 

http://static.newworldencyclopedia.org/thumb/0/02/Rumrunner_cargo.jpg/762px-Rumrunner_cargo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Rumrunner cargo

 

Par contre pour le trafic d'alcool et pour ceux qui parlent anglais : 1923-33 Rum-running

 

Un peu d'histoire sur "Joe sent me"...

 

Et quelques lectures pour ceux qui veulent s'instruire sur le bootlegging au Canada ou plus généralement sur les bootleggers  

 

Les livres de Jean-Pierre Andrieux me tentent bien !

 

Aux Etats-Unis la Prohibition établie par le Volstead Act en 1919/1920 est amendée par le Blaine Act du 17 février 1933.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/86/Moncton_Welcome.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des nouvelles des archives des bootleggers de Moncton ?

 

 

http://www.spiritbear.com/media2/images/320/culture/kitasoo-xai--xais_traditonal_territory.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Where lived the Kitasoo/Xai-xais First Nation

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/98/Carte_administrative_du_Canada.png

 

La Colombie Britannique est à l'opposé des provinces du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Mais pourquoi je dis ça, moi ?

 

SCOOP : Si cette mesure législative fut établie en 1920 pour se terminer treize ans plus tard aux États-Unis, elle ne dura pas aussi longtemps au Canada.En effet, toutes les provinces de l’époque votèrent une loi proscrivant l’alcool, mais la plupart l’abolirent au cours des années 20. Le Québec, pour sa part, considérant cette interdiction comme étant une mesure trop radicale, en cessa l’application après quelques semaines seulement, en 1919. Seule la province de l’Île-du-Prince-Édouard tint bon en prohibant les boissons alcoolisées pendant presque cinquante ans, soit de 1900 à 1948.

 

Lire La Prohibition au Canada.

 

 

 

3. La piste galloise

 

Je la connais mal. Alors, oui, une fois de plus, je suis allée chez Bernez Rouz, en page 185 :

 

"Une autre hypothèse a été évoquée par les journalistes du Havre qui suivent les policiers dans leurs investigations : le négociant en bois serait venu dans le port normand dans l'intention de s'embarquer pour le Pays de Galles pour traiter de ses marchés de poteaux de mines. Il aurait été assassiné en arrivant dans la ville normande."

 

Et là, on retrouve notre pote, le trouble André de Jaegher, qui va aller jacter au juge Campion le 15 décembre 1923 :

 

"Il rapporte une conversation avec Dowling (ndlr directeur d'une compagnie galloise qui achète des poteaux de mines en Bretagne) qui met en cause un courtier maritime M. Rogel. : "Je lui dis qu'à Morlaix, on pensait tenir l'assassin de Quéméneur. C'était Seznec. Il était en prison. A Cardiff, où on s'intéressait à l'affaire, il n'en était pas ainsi, répondit-il. On prétendait que Rogel, courrier maritime, était le débiteur de Quéméneur de 1800 à 2000 livres (150.000 francs au cours de ce jour), et on se demandait s'il n'avait pas intérêt à le faire disparaître. Le beau-frère de M. Rogel aurait quitté Cardiff presqu'au moment de la disparition de Quéméneur en laissant un passif très élevé".

 

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/350/2012/12/06/cardiff-ide.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là, c'est carrément l'hôpital qui se fout de la charité. Car le pote de Jaegher semble avoir oublié, que, du fait de sa faillite à lui, Quéméneur a subi une perte de 64.862 francs (soit 65.000 euros).

 

"L'affaire se dégonfle très vite quand le juge réussit à entendre Félix Rogel, 52 ans. Celui-ci confirme son amitié avec Pierre Quéméneur depuis 1919, il passait régulièrement quelques jours à Ker Abri quand il revenait en Bretagne. Effectivement, il avait dû de l'argent au conseiller général, la dette étant remboursée en 1921. Son passeport indique qu'il a quitté Saint-Malo pour la Grande-Bretagne le 19 mai et qu'il n'est rentré en France que le 15 juin. Affaire classée donc pour le juge Campion qui n'effectue pas de recherches complémentaires dans cette direction, c'est-à-dire les relations commerciales internationales de Quéméneur. Là aussi c'est le grand vide."

 

 

4. La piste de la fugue amoureuse

 

Celle qui fait rêver les midinettes en manque de collection Harlequin.... Je ne vais pas m'y attarder, car la vie sexuelle d'un riche célibataire de 44 ans permet toutes les suppostions (même les pires).

 

Par contre, l'attitude vertueuse du maire de Houdan - qui avait filé des ordres à tous les habitants - me fait franchement marrer. A la phrase de Seznec, essayant de justifier la longue attente du train suivant par Pierre Quemeneur à Houdan : "Il a peut-être rencontré une gonzesse (sic) avec qui il a pu aller coucher" Le témoin Pierre Piau oppose fermement : "Il n'y a pas de filles ou personnes de moeurs légères, ce qui n'existe pas à Houdan."

 

http://a3.mzstatic.com/us/r30/Music/y2005/m09/d06/h17/mzi.drafcnwy.170x170-75.jpg

 

Je ne peux pas passer dans cette ville sans repenser à cette saillie....

 

Après, et bien après, je ne vais pas m'étendre sur le sujet.

 

 

 

 

Voilà donc quatre pistes de notre Pierrot survivant. C'est maigre. Et pas bien probant. La suite, elle, elle est riche, mais tout aussi peu probante.

 

 

 

 

http://photos1.blogger.com/x/blogger/5266/1721/1600/178469/Calvin062seznec.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B. Si Pierre Quéméneur n'a pas survécu après la nuit du 25 mai 1923

 

 

1. La piste de Traou Nez (ou Plourivo)

 

Celle-là était de loin la préférée. Il semblerait qu'elle ne soit plus sur le podium si l'on en croit Presse Océan.

 

En plus, elle était pratique, parce qu'elle permettait de régler cette petite affaire en famille. Et d'incriminer d'un seul coup d'un seul le beauf Jean Pouliquen et le frangin Louis Quéméner. On sait aussi qu'elle en a gravement perturbé certains (apparitions, asile, recherches au pendule, etc...)

 

Lire : Affaire Seznec : Et puis.. il y eut "Jaffré"...

 

Et aussi : Affaire Seznec : Caïn vs Abel en Plourivo

 

Et enfin l'acte fondateur : Affaire Seznec : Lamour et Traou Nez : une grande histoire

 

Mais l'analyse la plus fine reste : L'affaire Seznec et les imaginatifs

 

 

2. La piste du café "Au Tambour"

 

Oui, celle de Claude Bal, quoi.

Mais vu ce que j'ai appris très récemment sur l'ami Claude Bal : aucune crédibilité.

 

Lire : Affaire Seznec : quand Claude Bal ignore François Le Her !

 

Et aussi : Affaire Seznec : Stocks américains : un seul trafiquant : Francis Boudjema Gherdi !

 

 

3. La piste de François Le Her

 

Ah ! la préférée de feu Ernest Godoc. Qui hurlait toujours aux loups parce que Denis Le Her ne parlait pas de "toute sa famille".

 

Lire : Affaire Seznec : Kenavo Ernest Godoc, le Brestois

 

Et : Affaire Seznec : Du témoignage de François Le Her

 

 

4. La piste de Sion-les-Mines

 

Celle sur laquelle Michel Sorin a bossé pendant des années : la piste de Sion-les-Mines

 

 

5. La piste de Lormaye

 

Là, on va faire court :

 

Affaire Seznec : la piste de Lormaye pour les nuls

 

Et aussi : La piste de Lormaye : hypothèse et conclusion

 

Vous avez tout ce blog pour lire les différentes étapes. Alors ne vous en privez pas.

 

 

Vous venez de le comprendre : aucune de ces pistes ne trouve grâce à mes yeux. Mais je ne doute pas, qu'un jour ou l'autre, on arrive à savoir "Au fait, il est devenu quoi Pierre Quemeneur ?"

 

 

Liliane Langellier

 

 

P.S. Pour ne plus être ridicule, et laisser les autres l'être à votre place, lâchez donc Bonny :

 

Affaire Seznec : Bonny soit qui mal y pense !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article