Affaire Seznec : La piste de Lormaye

Pierre Quémeneur a-t-il été assassiné par Guillaume Seznec à Lormaye ?

Affaire Seznec : Kenavo Ernest Godoc, le Brestois

 

 

 

 

 

 

  « L'Ankou est l'ouvrier de la mort (oberour ar maro).

 

Le choix est tout simple. Si je ne l'écris pas cette nécro-là, personne ne l'écrira. Et quelle que soit la façon dont je vais l'écrire, je serai toujours critiquée.

 

J'ai été prévenue hier. Je remercie l'auteur du mail. Un homme honnête et sensible. J'ai gouguelisé et fini par trouver ce faire-part laconique sur Le Télégramme en date du 20 juillet dernier :

 

BREST - PLOUGUERNEAU.
Nous avons la douleur de vous faire part du décès de
M. Ernest GODOC
à l'âge de 83 ans.
De la part de
son épouse,
ses enfants
et toute la famille.
Les obsèques ont eu lieu dans l'intimité.
La famille remercie toutes les personnes qui prendront part à sa peine.
PF civiles, Brest
tél. 02.98.44.52.77

J'ai quelques photos qu'il m'avait envoyées. Lors d'une exposition à Saint Renan, pour la venue de Denis Seznec,  le 26 octobre 2002.



GODOC 1


Comment l'ai-je connu ? Ou plutôt comment m'a-t-il repérée ?

C'est tout simple. Il avait eu connaissance de l'article publié dans L'Echo Républicain le mardi 29 juillet 2003. Et qui titrait :
Lormaye / Une Nogentaise enquête sur l'affaire Seznec
"Pour moi, l'assassin habitait à Lormaye"

Et s'était empressé d'écrire à la mairie de Nogent-le-Roi pour obtenir le dit article et en savoir plus. Le président du Syndicat d'Initiative avait hérité de sa lettre et lui avait répondu en précisant mon nom, l'adresse de la mairie de Lormaye et la date exacte de la conférence de Denis Seznec à Lormaye prévue le vendredi 26 septembre 2003.
Après...... Ce fut une longue histoire épistolaire entre nous. Je devrais préciser une correspondance quasi "unilatérale". Une relation faite de hauts et de bas. Avec nombre de lettres dont la dernière, très émouvante, doit dater du début de cette année. Oui, presque 9 ans d'une histoire tumultueuse.

Qui était-il ?

"Né en pleine terre des prêtres en 1929 dont j'ai hérité malgré moi une certaine influence, je suis entré en 1945 à l'arsenal de Brest.
Entré très rapidement dans la vie militante, j'ai fait partie pendant une quarantaine d'années du syndicat CGT, aussi du P.C. et des mutuelles de France. C'est au cours d'une dédicace en 1993 que j'ai rencontré Denis et accepté de lui rendre certains services, beaucoup de services"  in Lettre du 19.11.2003

Ni journalise, ni écrivain, ouvrier retraité de la D.C.N. (Direction des Constructions Navales de Brest), militant CGTiste, ex-adhérent de France Justice, il était absolument convaincu de l'innocence de Guillaume Seznec Il hurlait à  "L'affaire d'Etat", au complot politico-policier. Et il a consacré des années à écrire nombre lettres à tous et à chacun pour en convaincre les autres. Il en parlait dans les écoles. Il avait d'ailleurs écrit un petit fascicule : "100 questions / 100 réponses" qui ne trouva jamais éditeur.

Pourant aucun ouvrage n'avait échappé à son oeil de lynx. Et je lui dois d'avoir lu Charles-Victor Hervé, Claude Bal, etc.. Et de nombreuses coupures de presse. Qu'il m'avait fait parvenir directement par poste à mon domicile.



GODOC 2
ErnestGodoc, Saint Renan, 26 octobre 2002
"Mes ouvrages et documents sur l'affaire Seznec"


Ernest était un passionné. Il ne vivait que POUR la réhabilitation de Guillaume Seznec. Il y a consacré près de vingt années de sa vie.
Pas toujours en accord avec Denis Seznec (cette histoire leur appartient et je n'en parlerai pas), il accumulait les lettres, les photocopies, les coupures de journaux, les livres, les cassettes vidéo et audio, les opuscules divers et variés, les dessins explicatifs, etc......



GODOC 3


Plus le temps passait, plus il était intimement persuadé de l'implication de François Le Her dans la disparition de Pierre Quemeneur. Et plus il était consterné et s'énervait de voir que peu d'entre nous suivions son chemin. A commencer par moi. "J'ai ma petite idée" nous précisait-il...

Je vous livre le texte de l'une de ses dernières lettres (1/01/2010)
En tête photo de la maison de Plourin Ploudalmézeau avec deux dates à la verticale : Juillet 1947 / Juillet 1949

" A toi, mon cher Guillaume Seznec,
La maison, aujourd'hui rénovée, en Plourin Ploudalmézeau, où tu as retrouvé ta fille Jeanne, ton gendre François Le Her, et tes chers petits enfants au retour du bagne le 1er juillet 1947.
Denis ton préféré, y était né le 26 décembre 1946, tu aimais lui raconter les histoires sur le bagne, tout cela devenait un rêve assez joyeux, les oiseaux exotiques, dans un décor fantastique.
Mais hélas de courte durée, trois mois à peine, après ton retour, tu découvrais l'identité du tueur de Pierre Quéméneur (ton ami responsable de tant de souffrances) et tu prenais la fuite vers Riec-sur-Belon, pour retrouver madame Bosser, une grande amie, et échapper d'une mort certaine par ton gendre monstrueux.
Par la suite, c'est ta fille, la petite Jeannette, qui devait passer de vie à trépas, elle aussi connaissait tes secrets, et la police ne pouvait le supporter. Tout avait été programmé pour le 3 octobre 1948, François Le Her, ton gendre devait passer à l'acte, la suite tu la connais. Ton tour arrivera à Paris en 1953, renversé par un camion inconnu. Depuis Denis ne cesse de divaguer pour te défendre, ou cacher la vérité sur le rôle joué par son père, toute la famille Le Her clamant aussi le droit d'exister en paix, c'est normal.
Robert Hossein dans sa pièce de théâtre, trouvera-t-il la bonne solution, ou encore un moyer de récupérer de l'argent ?"
Ernest Godoc.

Et puis, après tout, je ne suis pas la seule, puisque vous le trouverez là à 4 mn 30 !!!



Kenavo, Ernest !

Liliane Langellier



godoc '
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article